L’ACTEUR : Bruce Springsteen

Bruce Springsteen est, ce soir, le premier artiste américain à se produire au stade Roi-Baudouin. Le fait est d’autant plus remarquable qu’il ne déplace pas avec lui des tonnes de décors. Ses musiciens, les instruments et ses chansons suffisent. Mais surtout cette énergie légendaire qu’il met à mouiller sa chemise trois heures durant.

Springsteen, surnommé « the Boss » (même s’il déteste cela, lui qui se sent si proche des petites gens dont il préfère parler dans ses chansons), représente le rock dans ce qu’il a de plus ancré dans le sol américain, en droite ligne héritière des Woody Guthrie et Bob Dylan, le terreau folk n’étant jamais très loin.

Pour toucher le monde entier, comme il le prouvera avec « Born to run », « The river » et (surtout en quantité) « Born in the USA », Bruce aborde des thèmes universels, inspirés par ses origines modestes, lui le fils d’un ex-gardien de prison et conducteur de bus. Il vient du New Jersey, chante les grands espaces mais sous l’angle urbain et illustre à merveille le rêve américain d’une vie meilleure.

Sur scène, il est vraiment le patron, y passant trois heures, son groupe se transformant en bande de vieux copains.

L’homme représente aussi une certaine tradition : en 1973, c’est le légendaire John Hammond (découvreur de Billie Holiday et Bob Dylan, pour la Columbia) qui le lance dans sa carrière discographique. Un an plus tard, au lendemain d’un concert, le journaliste Jon Landau, qui deviendra son meilleur ami, manager et producteur, écrit dans le « Real paper » de Boston : « J’ai vu l’avenir du rock’n’roll et son nom est Bruce Springsteen. » La formule est entrée dans l’histoire et depuis, Bruce n’a cessé de toucher un large public.

Le succès historique de « Born in the USA » le verra traverser une petite crise. Son mariage avec le mannequin Julianne Philips, en 1985, et son déménagement sur la côte Ouest seront mal perçus par des fans attachés aux vraies valeurs. Mais la question sera vite réglée avec son remariage en 1991 avec sa choriste Patti Scalfia. Bruce revient à ses racines et tout le monde est content. Surtout qu’après les moyens « Lucky town » et « Human touch », il retrouve toute sa verve poétique en 1994 avec le titre « Streets of Philadelphia », destiné au film de Jonathan Demme (« Philadelphia », avec Tom Hanks).

Un an plus tard, l’homme publie douze chansons sur les oubliés de l’Amérique : pour « The ghost of Tom Joad », il flirte avec les meilleures heures d’un Hank Williams ou d’un Guthrie.

Bruce fait le lien entre les crises de 1929 et de cette fin de vingtième siècle et pour fêter cela, publie un coffret bourré d’inédits (« Tracks ») et un « Greatest hits » avec des inédits pour lesquels il renoue avec le E-Street Band qu’il emmène à nouveau sur la route.

Mais le nouveau siècle commence mal, par un certain 11 septembre 2001. Et Springsteen de s’en inspirer pour le superbe « The rising », sa meilleure vente depuis « Born in the USA ».

En automne dernier, il débarquait en Europe, en salles, pour un concert poignant, mêlant titres de gloire et perles de « The rising ».

Pour l’occasion du deuxième volet européen de sa tournée, en plein air cette fois, sa firme de disques réédite d’ailleurs « The rising » avec des bonus et, à moitié prix, ses autres albums.

En pleine crise irakienne, avant le début de la guerre, Bruce était en tournée en Australie. En ajoutant le titre antimilitariste « War » à son répertoire (il l’avait incluse dans son coffret de 5 disques « live » paru en 1986), il rappelait de quel côté il se trouvait…

Photo Sony Music

1949.

Naît le 23 septembre, à Freehold, New Jersey.

1965.

Joue dans ses premiers groupes, à commencer par les Castiles.

1975.

« Born to run » est considéré comme un des albums de la décennie.

1982.

Délaisse son fameux E-Street Band le temps de « Nebraska ».

1984.

« Born in the USA » devient sa meilleure vente : plus de 20 millions d’exemplaires.

1991.

Se marie avec sa choriste Patti Scalfia.

2002.

Le 11 septembre 2001 lui inspire l’excellent « The rising ».

COLJON,THIERRY

commenter par facebook

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *