Elvis et les Enfants de la guerre froide

Musique Clap Your Hands Say Yeah à l’AB

CRITIQUE


C’est à une véritable soirée de musiciens que nous conviait, mercredi, l’Ancienne Belgique. Le point commun entre Elvis Perkins, qui ouvrait le bal dès 19 h 15, les Cold War Kids et Clap Your Hands Say Yeah, en plus du fait qu’ils sont tous américains, est avant tout leur soin méticuleux et sérieux à offrir une musique savamment construite. On oublie l’attitude et on se concentre sur la beauté des chansons.

La révélation de la soirée était bien entendu le New-Yorkais Elvis Perkins, dont le premier album, Ash wednesday, ne paraîtra pas chez nous avant avril. Nous avons déjà pu l’entendre, et ce que le chanteur à tendance folk-rock nous a livré mercredi nous convainc qu’on se trouve là face à un grand bonhomme.

Entouré de trois barbus (contrebasse, batterie mouvante, claviers), il n’hésite pas à faire appel durant son bref set à John (le guitariste des Cold War Kids) et à Lee (le guitariste des Clap Your Hands). On reparlera plus tard de celui qui, à certains moments, nous a rappelé Mike Scott.

Cold War Kids en forme

Les Cold War Kids ont beau être californiens, ils s’entendent comme larrons en foire avec les deux autres formations de la soirée. Nathan Willett, le chanteur à la voix haut perchée, est d’ailleurs tout fier, en ouverture de concert, d’inviter l’Elvis Perkins Band au complet pour leur faire jouer sax, trombone et clarinette. Ces mecs savent ce qu’est la musique, qu’on vous dit !

Le public, qui a rempli une AB sold-out le matin même, a pu apprécier les perles de Robbers & Cowards, l’album des « Enfants de la guerre froide », sorti cette semaine. Certains étaient déjà là il y a quelques mois à leur concert au Botanique. Le quartet impressionne avant tout par cette rythmique originale : le bassiste Matt Maust, omniprésent, et le batteur Matt Aveiro, aux ruptures rendues encore plus autoritaires par un kit de batterie minimaliste se passant de caisse claire. Nul besoin de taper fort, mais de taper juste. Les Cold War Kids emportent le morceau par ces chansons fortes aux mélodies tortueuses, qu’il faut aller chercher plus que subir sans effort.

Il restait aux nonchalants Clap Your Hands Say Yeah de conclure cette fort belle soirée. En réussissant à livrer une meilleure sonorité sur scène que sur leur deuxième album, Some loud thunder, les CYHSY ont contredit ce dernier, volontairement punk, en répondant aux attentes du public avec un set très entraînant malgré quelques temps morts. Le plus beau moment du concert : « Goodbye to mother and the cover », extrait du nouveau disque.

COLJON,THIERRY

commenter par facebook

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *