Bright Eyes joue collectif

brbrDevenu une valeur sûre de la scène indé, Bright Eyes (le groupe joue tout de blanc vêtu) a illuminé la Red Frequency vendredi avec son décor fleuri très sixties. Avant son concert, le singer/songwriter Conor Oberst nous a expliqué pourquoi Bright Eyes ressemble davantage à un collectif qu’à un groupe. Il est également revenu sur son engagement politique qui a débouché sur une tournée avec Bruce Springsteen et Neil Young.

Interview de Didier Stiers

Photo de Jeremie Malengreaux


commenter par facebook

1 commentaire

  1. Pingback: Le disque : Conor Oberst | frontstage

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *