The Verve ravivé

« C’est un honneur de jouer après le meilleur rappeur et avant le meilleur songwriter rock du monde. » Richard Ashcroft a senti le truc venir. Coincé entre Jay Z et Neil Young, The Verve va devoir assurer pour son premier passage à Werchter.

D’autant que le nouvel album des Anglais, le premier en 11 ans, « Forth », dont la sortie est prévue pour le mois d’août, est synonyme de résurrection. Drogue, paranoïa… The Verve avait déjà splitté en 1995 mais était revenu plus fort. Sortant deux ans plus tard, « Urban Hymns ». Il aurait même joué à Werchter en 1998 si son bassiste, malade, n’avait dû déclarer forfait. Ashcroft a la peau sur les os mais parvient encore à donner la chair de poule. « Sonnet », « The Drugs don’t work », « Lucky Man »… Revival nineties. Tout y passe. On oscille entre le rock halluciné façon Madchester et la bonne vieille Britpop. « Bitter Sweet Symphony » rappelle que The Verve a son hymne. En attendant son disque…

J.B.

Setlist

THis Is Music
Sonnet
Space And Time
Sit And Wonder
Stormy Clouds
Life’s An Ocean
Rolling People
Drugs don’t Workd
Lucky Man
Bittersweet Symphony
Love Is Noise


commenter par facebook

1 commentaire

  1. Bouhière

    5 juillet 2008 à 13 h 37 min

    Très bon concert de la bande à Richard. Petit bémol, certains morceaux, un peu trop long. Je pense 11 morceaux en 1h15′. Mais dans l’ensemble, un très bon set avec pour terminer un “love is noise” qui sera le prochain single du groupe.

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *