T’es pas un rock’n rolla ?

rrr.jpgDes gangsters qui manient le 9mm aussi bien que le bon mot et une bande-son très rock’n’roll, jusqu’ici, c’était la recette de l’ami Quentin Tarantino. Et comme Guy Ritchie, le tout récent ex de Madonna, nous a pondu un film façon Tarantino, la bande originale qui va avec ce “Rock’n Rolla” rappelle celles de qui vous savez. Traduction, vertaling : du bon vieux rock de derrière les fagots et quelques extraits des dialogues pour remplir les trous.La version anglaise de ce menu, c’est donc essentiellement du son qui dérape dans la testostérone et du blues incandescent. Genre The Sonics, avec “Have love will travel” et son saxo énervé tout pourri. Une reprise glam vicelarde du “I’m a man” de Bo Diddley par Black Strobe (à l’origine, un quatuor formé par Arnaud Rebotini et Ivan Smagghe). Ou encore, et c’est de circonstance vu cette comédie dont les gangsters s’affrontent autour du pactole généré par l’immobilier à Londres: “Bank robber” des Clash. La médaille en chocolat de la compo exotique sera partagée entre les riffs régressifs façon “Dopilsya”, de Ex Sektor Gaza (“Un classique”, affirme Guy Ritchie, qui n’a manifestement pas découvert que le caviar et le kasatchok en Russie), et puis “Negra Leono” de Miguelito Valdes, un mambo cubain qui sent la cuisse et le cigare.

La compile a été bidouillée par le réalisateur et Ian Neil, un ancien de chez Polygram et Warner qui avait déjà travaillé avec lui sur la musique de “Snatch” et de “Lock, Stock and Two Smoking Barrels”. Ou supervisé celle des recommandables “Joe Strummer: The Future Is Written” de Julian Temple et “Control” d’Anton Corbijn. Les grincheux diront ce qu’ils voudront, ce disque fort en gueule comme les personnages du film, c’est au minimum un bon petit plaisir coupable.

Didier Stiers

Universal.

www.ru-a-rocknrolla.com


commenter par facebook

2 Comments

  1. UN CORRECTEUR BENEVOLE (vu que le vôtre...)

    29 novembre 2008 à 10 h 38 min

    1. « Des gangsters qui manient le 9mm aussi bien que le bon mot et une bande-son très rock’n’roll, jusqu’ici, c’était la recette de l’ami Quentin Tarantino. »

    Ca fait ne fait jamais que 10 ans que Guy Ritchie fait ça aussi. Y compris le trip de mêler dialogues et rock sur ses BO. Sur celle de Lock, Stock & Two Smoking Barrels, il y avait même Evil Superstars, des belges, tiens…

    2. « Une reprise glam vicelarde du “I’m a man” de Bo Diddley par Black Strobe (à l’origine, un quatuor) »

    A l’origine, Black Strobe était UN DUO formé par Arnaud Rebotini et Ivan Smagghe. Aujourd’hui, Black Strobe est un quator formé AUTOUR de Rebotini et Smmaghe n’en fait plus partie.

  2. Anonyme

    4 février 2009 à 0 h 05 min

    Assez d’accord avec le commentaire…Guy Ritchie a son univers bien à lui… Et la comparaison avec Tarantino s’arrête aux gangsters et aux histoires entremelées à l’extrême….

    Pour la musique on a ici un rock bcp plus récent et déménageur… Qt au film autant le dire ceux qui ont vu snatch (de Guy Ritchie lui même) adoreront.
    Visionnage et angle de vue façon clip… Guy Ritchie est reconnaissable entre mille…

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *