Sonnent les tambours de Mamady Keita

Photo Sylvain PirauxCouleur Café sans les sons des tambours à tout va, ce n’est pas imaginable. De même, la vingtième édition du festival ne pouvait se faire sans le maître-es djembé guinéen Mamady Keita. Car entre les deux, c’est pratiquement de filiation qu’il s’agit.

C’est en effet (en partie) à Mamady Keita que l’on doit l’apparition du djembé dans nos contrées du nord… En exportant sa musique, bien sûr, mais aussi en ouvrant des écoles de djembé en Europe (Tam Tam Mandingue, dont la première a été ouverte à Bruxelles, où Mamady Keita a résidé, en 1991). Depuis, le djembé est présent à chaque événement festif, dans les parcs et les rues d’Europe aussi bien que dans les chambres d’adolescents.

Présent lors des premières éditions de Couleur Café, comme à l’occasion des 10ème et 15ème anniversaires du festival, il était donc tout à fait logique de retrouver Mamady Keita et sa troupe lors de cette vingtième édition, d’autant plus que le grand sorcier fête, à l’âge de 59 ans, ses cinquante ans de carrière… Cinquante ans, c’est dire si le guinéen sait manier le rythme! On a pu le constater avec merveille samedi soir sous une tente Univers qui s’est transformée en village africain en fête. Rythmes, chants, danses et simple plaisir d’être là, au centre du partage. Sonnent les tambours!

Didier Zacharie


commenter par facebook

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *