Revolver et sa pop de chambre

30_revolver2.jpgLe trio parisien, capable de croiser les Beatles avec Elliott Smith et des airs de folk moderne, fait figure de « premier de classe ».

Si Music for a while, le premier album du trio français Revolver a été unanimement accueilli par une presse louangeuse, c’est pour plusieurs raisons. L’originalité du propos et une formation classique, autant que la qualité des chansons et de la production, ont suffi à faire de Revolver un petit phénomène qui peut prétendre à de réelles ambitions internationales. « Ça nous fait évidemment très plaisir, nous ont raconté les trois intéressés à la terrasse ensoleillée d’un café bruxellois, même si, sur certains blogs, il y en a toujours pour nous critiquer. On n’y fait pas trop attention : c’est important de garder sa propre image de ce qu’on fait. Le négatif n’est pas constructif, ce n’est pas ça qui va nous faire progresser. Certains nous ont reproché un côté “premier de classe”, sous prétexte que nous avons une formation classique, une image pas très rock’n’roll. Ça n’a pas de sens. On ne va pas se forcer. Et puis ce n’est pas parce qu’on a fait des études musicales que c’est plus facile pour nous de composer. Derrière l’instinctif et le naturel, il y a aussi beaucoup de travail. »

La qualité première de Revolver est bien sûr l’originalité de sa démarche. Une voix, une guitare et un violoncelle pour croiser pop, classique et folk.

Ils ont même trouvé un nom pour ça : « pop de chambre » : « Au début, on a commencé à deux, voix et guitare. On s’est rendu compte qu’il manquait quelque chose. Le violoncelle et la troisième voix pour les harmonies ont apporté la synthèse de ce qu’on cherchait à ce moment-là et qu’on a appelé “pop de chambre”. C’est en tâtonnant qu’on a trouvé ça. Ce n’était pas réfléchi. Si on a trouvé un “concept”, c’est de façon empirique. Au départ, c’était plutôt du folk à la Simon & Garfunkel, puis on est arrivé à un résultat plus proche des Beach Boys. »

Abba avec des cordes

Le nom du groupe, les chansons et les harmonies font indéniablement penser aux Beatles : « On aimait la référence, mais aussi le contraste avec la douceur de la musique. Les Beatles sont une de nos influences. Elliott Smith aussi, quand on l’a entendu, ça nous a ouvert des portes. Le fait qu’il est un contemporain est moins écrasant. C’est comme un grand frère qui nous décomplexe et nous rassure. Surtout par le côté épuré de ses chansons. »

Ambroise (chant), Christophe (guitare) et Jérémie (violoncelle) n’avaient pas d’autre ambition que de faire la musique qu’ils aimaient. C’est fortuitement qu’une firme de disques s’est intéressée à eux : « On ne savait même pas comment ça fonctionnait. On n’est pas allés vers les gens, on ne pensait pas à séduire un public ou une firme de disques. C’est par hasard qu’un directeur artistique d’EMI a entendu nos chansons et a voulu nous signer – tels quels : il aimait ce que nous étions, et ne nous a pas demandé, par exemple, de chanter en français. Il a campé sur son intuition qui s’est avérée bonne. Il a simplement veillé à ce qu’on ne s’éparpille pas trop. »

Revolver s’est pris au jeu et, sur scène, s’est adjoint un batteur : « On était un peu juste. La révélation est venue de Simon & Garfunkel. Sur scène, il y avait une basse et une batterie qui ne dénaturaient rien. On aimerait reprendre “Dancing queen” d’Abba avec des cordes par exemple, pour en faire ressortir le côté folk. Et en même temps, on n’a qu’une envie, c’est de composer de nouvelles chansons. Ce premier disque, c’est déjà un “best of”, celui de quatre ans de travail. On a évolué depuis et on a l’impression que nos deux meilleures chansons seront sur notre prochain album. On a envie de sortir plein d’albums, car c’est pour nous un véritable défi d’écrire des chansons. »

Revolver est au Bota ce lundi 5 octobre. Infos sur www.botanique.be

http://www.revolvermusic.tv

[youtube Tj_QlLAnWNM]

Album Music for a while (EMI).

THIERRY COLJON


commenter par facebook

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *