Tournage du clip de “When you know”

Je suis sur un balcon au 5eme d’une vielle maison parisienne à refaire le monde en compagnie de François de Ribaucourt (photographe à qui on peux créditer, entre autre, les photos sur les couvertures de notre premier album et du EP « Teaser »).
« Cher citoyens, il n’y aura plus d’argent pour l’éducation, on acceptera enfin que tout le monde ne soit pas né cartésien, que d’autre formes d’intelligences existent et qu’on se doit de les soutenir dans leur développement, les bons objectifs photos coûteront moins cher, les musiciens ne pourront plus porter de lunette de soleil ou mâcher le bubblegum sur scène. Décrire la musique d’autrui comme “de la bouffe pour chat” ne sera pas considéré comme hype, cool, pertinent, ou comme un quelconque signe de crédibilité. Les indépendants seront mieux traités et moins taxés en Belgique. Finalement, pour conclure notre programme, la créativité, l’initiative individuelle et l’indépendance seront encouragés et même attendus de tous. »
Une femme vêtue d’une nuisette apparue sur le balcon adjacent nous informe qu’il est tard (3h30), que nous faisons trop de bruit, que nous pourrions garder nos idées de socialistes pour nous et qu’il est probablement l’heure d’aller au lit … Et quand une femme en nuisette demande à votre blogueur d’aller se coucher, votre blogueur se doit de le faire…

Que de beaux rêves.

Le réveil est tôt (7h). « John Wayne Gacy, Jr. » de Sufjan Stevens surveille mon arrivée lente et progressive dans le monde conscient. Deux espressos plus tard, je me retrouve dans le bus, un laptop sur les jambes, en direction des Francofolies de la Rochelle vous tapant ces quelques lignes. Et c’est là que je me trouve maintenant dans la situation compliqué de faire un jolie manœuvre de transition vers mon sujet d’origine : le clip vidéo que nous avons réalisé il n’y a pas une semaine….
Transition accomplie….
En réalité, nous n’avons pas réalisé le clip. Nicolas Mongin a réalisé le clip en compagnie de son équipe: « Les Monstres ». Le clip devait accompagner notre single « When you know ». Ce fut le cas. Le clip devait être un clip de performance (les musiciens jouent ou font semblent de jouer leurs instruments). Ce fut le cas également.
Devaient y être rajoutés des images de synthèses, des moments étranges de personnages flottants ou en mouvement. Ce sera le cas. Pour l’occasion, un membre devait être rajouté à Puggy en la personne d’un petit lapin appelé Dude. Ce fut le cas. Dude est un être heureux et s’est montré d ‘un professionnalisme exemplaire. Pour rassurer les lecteurs amis des animaux, Dude n’est pas passé à la casserole, mais a été, je pense, adopté par Nicolas.
En vue de nous faire plaisir, Céline, notre chef de projet, nous avait promis de ne pas nous faire faire balade mystique sur une plage normande en plein hiver, accompagné du vent glacial le plus violent des vingt dernières années, chaussures en coton aux pieds, tout en évitant de se prendre un cube volant à toute vitesse dans la gueule.
Nous nous sommes donc retrouvés dans un studio parisien sans airco, cinquante projecteurs, soft box, flash et autre éclairages qui ne donne pas que bonnes mines mais qui vous chauffent à blanc une pièce en moins de temps qu’il faut pour vous faire dire: « non, je ne retournerai pas sur une plage normande en hiver pour tourner un clip ».
Sans oublier qu’il a fait quarante à l’ombre ce jour de coupe du monde (Allemagne / Espagne pour ceux qui aiment ça). C’est donc dans cette chaleur à faire jouir un dragon de Comodo que Nicolas nous a fait jouer le morceau 200 fois, « le plus expressivement possible, s’il vous plait ». Qu’il nous a demander de nous hisser, à la seule force de nos bras à une barre fixée à trois mètres du sol. Une fois hissés à la hauteur des épaules, d’y rester et gigoter lentement les jambes le plus longtemps possible. De sauter, danser, courir, crier, de nous installer tous les trois dans un cube ridiculement petit. Bref, une réelle expérience de vie qui nous fait d’autant plus apprécier les petites choses de la vie comme l’eau du robinet, un petit coup de vent, ou même le xanax…
Il va être bien ce clip. Je le sens.
Matthew


commenter par facebook

4 Comments

  1. Mégane

    27 juillet 2010 à 0 h 03 min

    Hahahahahahahaha

  2. Mégane

    27 juillet 2010 à 23 h 43 min

    Oui oui, on l’a posté sur facebook! Sinon le lien vers la photo ne semble pas marcher, en tout cas elle n’apparait pas chez moi :/

  3. Sophie

    7 avril 2011 à 15 h 34 min

    Et le clip est plus que réussi, vous êtes magnifiques!
    Et les multiples concerts auxquels je suis allée (Braine-le-Comte, Louvain-la-Neuve, Charleroi, Paris) m’ont à chaque fois confortée dans mon idée: vous irez très loin les gars!!!
    Continuez comme ça, on vous aime!

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *