Melissa Auf der Maur ne quitte plus nos esprits

Il aura fallu attendre six longues années pour pouvoir entendre le successeur du premier essai en solo de la belle bassiste montréalaise qui s’émancipait ainsi de l’ombre de Billy Corgan (Smashing Pumpkins) et Courtney Love (Hole).

On n’avait pas déjà manqué son premier concert à l’AB, comme ceux qui étaient à Dour cette année n’ont pu manquer le set de la flamboyante rousse.

Out of our minds, son deuxième album, est bien plus qu’un nouveau skud de punk-rock. Entourée de sa famille (James Iha des Smashing, mais aussi Mike Garson ou Glenn Danzig pour le très beau duo « Father’s grave »), Melissa tient les rênes d’un album riche et profond. La chanteuse a réussi à préserver toute la spontanéité de titres d’une énergie folle et le soin apporté à des mélodies aux structures complexes d’une très grande finesse. Melissa ne se contente pas d’envoyer la purée et de bastonner sec. Elle le fait avec une délicatesse et un raffinement inouïs. Chacune des treize chansons a son univers propre, aux arrangements originaux laissant respirer sa voix et la mélodie. Voici un vrai bon disque de rock comme on les aime !

PHI-Roadrunner.

http://xmadmx.com/ 

THIERRY COLJON


commenter par facebook

4 Comments

  1. Philippon

    4 août 2010 à 17 h 07 min

    Excellent album. Très différent du premier, plus sombre, plus profond, plus difficile d’accès.

  2. Rikaï Zaza

    4 août 2010 à 19 h 18 min

    Il y a de l’Indochine chez Melissa Auf der Maur.

  3. JSBX

    5 août 2010 à 10 h 11 min

    J’avais jamais vu un concert aussi plat et insipide que le sien à Dour…

  4. eaulivier

    6 août 2010 à 10 h 14 min

    Idem, j’ai trouvé ça bien naze à Dour…

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *