Hocus Pocus: magique groove

Hocus Pocus débarque à Esperanzah précédé par une bonne réputation scénique. Issu de Nantes, le groupe qui a décroché une Victoire de la Musique se produit sur scène à la manière d’un Baloji : en mariant ses racines hip hop à la soul et au funk.Il n’est pas le seul à assurer le show, DJ Greem, perché en fond de scène. Pas plus que le trio de cuivres, deux saxos et une trompette, qui se balance en rythme… Chez ces Nantais, on sait ce que dextérité et fantaisie veulent dire. Derrière son micro de MC, Sylvain Richard alias 20Syl fait claquer ses rimes. Flow limpide, expressif, le garçon joue autant qu’il s’exprime. Côté textes, on pense qualité, MC Solaar, Grand Corps Malade ou Akhenaton (d’ailleurs présent sur l’album 16 pièces du  groupe). Ça rit du look gangsta et du pauvre vocabulaire des rappeurs coincés dans la trinité « shit-fuck-motherfucker ».

En convoquant aussi bien Grand Master Flash que la philosophie de la Zulu Nation, ce kiffeur de son ne doit pas insister beaucoup pour faire bouger le public. Et quand ça menace de devenir trop clinquant, les Français reviennent au hip hop, envoient un beat, un solo pas saoulant, un refrain en anglais qui fait défiler les Womack et autres Stevie Wonder… Ajoutez un passage acoustique où notre MC est resté seul avec son guitariste, un peu de beatbox, une boucle amusante bidouillée en live par chacun des musiciens remontés successivement sur scène, et vous aurez une petite idée de ce dont tout ce monde-là est capable. Au minimum : agréablement dépasser le cadre du strict concert hip hop. Séance de rattrapage pour les absents le 18 août, au Brussels Summer Festival.

Didier Stiers

www.myspace.com/hocuspocushiphop


commenter par facebook

3 Comments

  1. Fred

    7 août 2010 à 0 h 41 min

    Très bon, Hocus Pocus est aussi passé sur la radio du festival, http://radio.esperanzah.be , une interview et trois morceaux dans une carte blanche, c’est disponible en podcasts.

  2. Chasseur Immobilier Annecy

    7 août 2010 à 9 h 52 min

    Merci pour ce lien :o)

  3. Blondin

    10 août 2010 à 1 h 23 min

    Monsieur Stiers (rédacteur de cet article),

    Je ne vise absolument pas la personne, mais croyez-vous vraiment être la personne idéale pour nous parler de hip hop? Je m’explique:

    A la lecture de votre article, je serais tenté de répondre à votre place. Vous évoquez la ‘qualité’ (sic) des textes de 20syl, qui n’est pas la qualité première de Hocus Pocus, que vous osez comparer à
    1. Akh ou Solaar (on va dire qu’il est dans le même moule ‘rappeur bien accepté sur les palteaus télé’, ms il n’a pas une once de talent des deux pré-cités)
    2. à Grand corps malade (cette sentence malheureuse a qd même eu le mérite de me faire rire situe déjà votre connaissance du hip hop).

    Cependant, là où vous touchez le fond, c’est en louant le caractère ‘anti bling bling’ de 20 syl. Je ne nie pas que ce creneau n’a pas d’intérêt ni de légitimité, mais cela n’en fait pas une meilleure musique pour autant qu’un rap estampillé ‘gangsta’. C’est effarant de sortir ces arguments là pour évoquer la qualité d’un disque.
    Je vous cite: “Ça rit du look gangsta et du pauvre vocabulaire des rappeurs coincés dans la trinité « shit-fuck-motherfucker”. C’est malheureux d’entendre encore cette ritournelle en 2010. Vous n’écoutez pas cette musique apparement, ce dont je ne vous tiendrai absolument pas rigueur, mais laissez la plume à quelqu’un d’autre, ou skipper le sujet tout simplement lorsque vous confrontez votre plume à ce style musical. Après tout, le titre du blog s’appelle ‘le blog pop rock du soir’. Sans animosités aucunes, juste un sentiment amer en lisant ce genre d’articles, mal documentés. Vous ne semblez pas connaître le rap, et encore moins le rap US, n’en faitez pas donc des articles grand dieu.
    Rem: Je suis ouvert à l’échange et vous êtes le bienvenu pour une conversation épistolaire en privé.

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *