Le gobelet vert d’Esperanzah vient de loin

esperanzah-gobelet.jpgCe récipient, artistiquement photographié par notre camarade Thomas, n’est pas comme les autres. Après tout, dans un festival tel Esperanzah !, où on a le sens de l’environnement comme celui de son prochain, c’est normal.Ici, la bière de Silly coûte 2 crédals. Ou dit-on 2 crédaux ? Faudra qu’on pose aussi la question, tiens. Mais soit, c’est le prix, sauf pour la première que vous ingurgitez : celle-là vous en coûte un de plus, soit la caution pour le gobelet justement. Parce qu’il est réutilisable. Jusqu’à plus soif. Après quoi il suffit d’aller le ramener à un point de collecte et vous récupérez votre caution.

Seule condition : ne pas l’avoir endommagé pendant son utilisation. C’est bien vu, sauf sur un détail : quand il est vide, il faut le trimballer avec soi, et mis dans une poche, ce n’est pas sûr qu’il ne tente pas de s’en échapper… Il y a bien une petite languette, mais elle sert surtout à pouvoir porter facilement quatre de ces gobelets d’un coup.

Plus épais que ses congénères de Dour ou de Werchter, l’objet est aussi constitué de 30% de plastique recyclé. Bariolé de slogans et de logos musico-écolo-friendly. Une mention a cependant attiré notre attention : « made in Breizh ». On espère juste que les moyens de transport qui ont permis d’amener ici les milliers qui vont servir pendant ces trois jours d’Esperanzah! le sont eux aussi, écolo friendly.

Didier Stiers

Infos : www.espritplanète.com/


commenter par facebook

1 commentaire

  1. Yaar

    7 août 2010 à 11 h 14 min

    Ouais la même chose qu’aux Ardentes quoi

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *