Circuler : pas compliqué, mais…

pukkel_pano2.jpg
Circuler au Pukkelpop, un jour où il fait chaud et qu’on affiche complet comme pour cette édition 2010 (pour rappel, on passera allègrement le cap des 180.000 festivaliers), c’est à peu près comparable aux courses à faire dans une grande surface un vendredi après le travail ou un samedi.


Pas de caddies ici, d’accord, mais les gens de devant marchent toujours plus lentement que vous, ils vont toujours là où vous devez aller, et il n’y a jamais moyen de dépasser. On exagère, mais juste un peu. Ce qui est sûr par contre, c’est que pour aller d’un point A à un point B, le sinueux remplace systématiquement la ligne droite.Circuler au Pukkelpop, quand on y vient pour la première fois, requiert un minimum de sens de l’orientation. Sur un site aussi vaste, il vaut mieux vite retenir le nom des multiples scènes et leur localisation si on veut perdre un minimum de temps quand il faut passer de l’une à l’autre. Notez, chacune  affiche clairement son intitulé. Des plans ont été imprimés sur les petits horaires distribués partout. Et aux carrefours, des panneaux indicateurs ont été plantés. Ça aide, même si certains passeront le plus clair de leur temps aux abords d’un même chapiteau. Voire en entrecoupant leur séjour à Kiewit de quelques siestes dans ce qui reste d’herbe. À charge pour les piétons de ne pas leur marcher dessus.

Côté backstage, entre les multiples préfabriqués, c’est pareil : le Shelter et le Marquee, c’est au fond à droite, le Dance Hall, tout droit et puis à gauche. Les panneaux servent d’indication aux techniciens ou aux journalistes qui aiment accéder rapidement aux concerts, mais aussi à des tas de véhicules. Dans les coulisses, cela va du vélo (de préférence VTT) aux engins de manutention en passant par les gros semi-remorques débarquant ou embarquant du matériel à destination de la Main Stage. A la nuit tombée, dans les allées dont l’accès est toujours surveillé par des bénévoles contrôlant à quoi vous donne droit le bracelet que vous portez, on fait alors juste un peu plus attention : ce serait idiot de finir sous un quad ou un tracteur venu vidanger les toilettes quand on voulait juste aller écouter The Prodigy ou Holy Fuck.

D.S.


commenter par facebook

1 commentaire

  1. Chasseur Immobilier Toulouse

    21 août 2010 à 13 h 30 min

    Il vaut quand même mieux ça que des trombes d’eau ! lol

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *