Prodigy: service minimum, effet maximum

frontstage-prodigy.jpgIl est 21h10, les sirènes d’alerte déchirent la nuit, les projecteurs blancs s’agitent dans tous les sens : c’est la guerre. Pardon, c’est Prodigy qui débarque. Avec 20 minutes de retard sur l’horaire prévu. Pas pressés d’arriver, les Anglais qui expédient « Breathe » avec leur première salve de missiles. Pas pressés d’arriver mais pressés de partir après avoir envoyé la sauce.

En ces instants où grondent les basses de « Poison », « Warriors dance » et autre « Firestarter » me vient une drôle d’image : celle des vaches de la prairie toute proche du site, en train de sentir dans leurs pattes les vibrations engendrées par le son énorme de Prodigy. Je ne sais pas exactement jusqu’où s’étendent les capacités de penser des ruminants, mais quand même, elles ont dû croire qu’une catastrophe allait leur tomber sur le coin du museau.

Foin de catastrophe dans le public en permanence excité par Maxim et Keith. Juste deux allumages de fumigènes, quelques démarrages de pogos et une petite nana juchée sur les épaules de son copain qui nous rejoue un plan célèbre de Woodstock. Pour le reste, ben… c’est Prodigy, quoi : Liam Howlett derrière ses machines, les deux mc’s/animateurs devant (on n’entend pas toujours bien leur voix), des lumières rouges et vertes pour leur donner un look inquiétant, batterie et guitare pour achever de distiller dans ce big beat le son rock et sale qu’on lui connaît.

Après « Smack my bitch up » et une heure pile de bombardement auditif, le groupe évacue puis remonte sur scène le temps de deux rappels. « Their law » retourne une dernière fois Kiewit et la campagne environnante. C’était court, explosif, mais volatile quand même.

Didier Stiers

Setlist
– World’s on fire
– Breathe
– Omen
– Colours
– Poison
– Thunder
– Warriors dance
– Firestarter
– Run with the wolves
– Voodoo people
– Invaders must die
– Diesel power
– Smack my bitch up

Rappels
– Take me to the hospital
– Their law


commenter par facebook

4 Comments

  1. Chasseur Immobilier Toulouse

    21 août 2010 à 13 h 40 min

    Pas trop fan globalement, même si j’apprécie Smack my bitch up.

  2. biniou

    21 août 2010 à 20 h 55 min

    C’est pas trop rock comme son mais bon …

  3. lulu

    22 août 2010 à 1 h 58 min

    Et bonjour les acouphènes et l’hyperacousie! Irresponsables!

  4. Chasseur Immobilier Toulouse

    23 août 2010 à 0 h 10 min

    Oui, on appelle ça du bruit donc…lol

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *