Jay-Z et Kanye West s’y voient déjà

Ils font monter la sauce depuis six mois. Les rappeurs Jay-Z et Kanye West ont sorti ce lundi 8 août un album commun, Watch The Throne. Les deux chanteurs, dont une fameuse encyclopédie en ligne rappelle qu’ils sont aussi des « hommes d’affaires », ont réussi leur coup. Ils ont laissé fuiter quelques titres (« That’s my bitch » fin 2010, « H.A.M » en janvier,) sans rendre l’album disponible sur le web avant sa sortie lundi, sur iTunes, comme il est d’usage désormais.

Depuis, c’est l’effervescence sur les réseaux sociaux américains. Dans leur sillage, les francophones ne se sentent plus de joie. Les morceaux « No Church In the Wild », « Gotta Have It », « Who Gon Stop Me » et « Murder to Excellence » ont investi le top 10 des sujets les plus évoqués sur Twitter, rapporte Relaxnews. « “Who Gon Stop Me” fait penser à un combat dans Transformers, et c’est plutôt une bonne chose (…), la production de “Murder to excellence” est tout simplement superbe (…), Watch the throne comporte des moments vraiment excellents sur le plan de la production », commentent les fans. Dans le même temps les hashtags (mots-clefs) faisant référence aux titres du CD sont en tête de classement des discussions.

Cet engouement doit beaucoup « à la personnalité des deux superstars » commente un contributeur sur booska, site dédié au hip-hop. « Jay-Z a onze albums au compteur et pléthore de classiques, Kanye cinq et beaucoup de tubes à la ceinture. »

Même si on peut s’interroger sur le sens du mot classique, à l’ère du hit-parade à la petite semaine, cette explication permet de remettre en perspective l’activité des deux artistes sur la côte est-américaine. Celle de Jay-Z en particulier, qui s’est fait mousser au début des années 2000 dans sa rivalité avec Nas, profitant de la discrétion relative d’autres glorieux anciens, de Puff Daddy au Wu-Tang Clan.

Le cul de Montaigne

Certes Rolling Stone Magazine s’emballe pour la contribution de Beyoncé sur Liftoff, et les deux rappeurs se sont adjoint les concours de Q-Tip ou RZA et même l’appoint posthume de Curtis Mayfield et d’Otis Redding, Mais pour quel résultat ?

Dans l’ombre du grand soulman les deux hommes font pâle figure. Dans leur marche vers les sommets, ils devront aussi faire face aux disquaires indépendants américains. Ceux-ci ont dénoncé la commercialisation de l’album sur iTunes, quatre jours avant la sortie dans les bacs ce 12 août et l’exclusivité de la chaîne Best Buy pendant 10 jours sur l’édition « deluxe ». Une fronde qui amènera peut-être le binôme à méditer Montaigne : « Sur le plus beau trône du monde, on n’est jamais assis que sur son cul ! »

STAGIAIRE

commenter par facebook

2 Comments

  1. chris

    11 août 2011 à 12 h 16 min

    Je crois que ce stagiaire n’apprécie guère Jay Z et Kanye West. Cet article est plus que subjectif, d’autant qu’il ne s’agit pas là d’une critique d’album. J’invite les lecteurs du Soir à aller lire du côté du Focus (publié avec le Vif) ce qui se dit sur les deux personnages.

  2. desperado

    8 septembre 2011 à 16 h 01 min

    Cet album c’est “achetez le , on en a vraiment besoin”, pour les dents en or du dessus.
    Ce genre de musique devrait être gratuite, car en fait ce sont des spots publicitaires déguisés en artistes.
    La loose total.
    Vous voulez achetez du rap , achetez donc ceci
    http://www.youtube.com/watch?v=o2ZrVS5yNdo
    Mod Def in da hpuse!

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *