Orelsan, la surprise du BSF

Le rappeur controversé était la tête d’affiche du Brussels Summer Festival ce mardi soir. Et c’est une foule de jeunes filles qui occupaient la fosse pour accueillir Orelsan.

C’est déguisé en Raël San – bandeau noir sur les yeux – qu’Orelsan a fait son apparition aux alentours de 22h sur la scène du Mont des Arts au BSF. Si la foule était clairsemée pour Disiz la peste un peu plus tôt, le Mont des Arts est, ici, noir de monde. Dans les premiers rangs, des jeunes adolescentes trépignent d’impatience d’apercevoir “le beau” Aurélien. Discrètes lorsque le rappeur déverse les phrases assassines de “Finir Mal”, “Le Chant des Sirènes” ou encore “Des Trous dans la Tête”, elles se réveillent lorsque Orelsan choisit des titres un peu plus pop tel que “La Terre est ronde”. C’est que le single qui tourne sur nos ondes est peu représentatif de son “Chant des Sirènes” peuplé de punchlines violentes et subversives. Mais le trentenaire adulescent a aussi beaucoup d’humour. Poursuivi puis relaxé pour son morceau “Sale Pute”, Orelsan n’hésite pas à faire quelques allusions caustiques au titre qui lui a valu les foudres de l’association Ni Putes Ni Soumises. “Et si je chantais Sale Pute?” “Mauvaise idée” lui répond un sample annonciateur du prochain morceau. Accompagné d’un trio synthé-basse-batterie, Orelsan a distillé son flow au gré de ses humeurs entre autodérision et immoralité captivant la foule jusqu’à son fascinant “Suicide Social”, lequel se terminera dans un silence flinguant rapidement suivi par des acclamations. Pas de doute, Orelsan a séduit Bruxelles.
Mailys Charlier


commenter par facebook

1 commentaire

  1. louisegrestri

    28 août 2012 à 10 h 43 min

    C’est quoi cette manie d’appeler “surprise” tous les concerts qui passent? Il serait temps de penser à se diversifier un peu…

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *