Jack White en démonstration à Anvers

Le chanteur et guitariste américain a offert, sur la scène de la Lotto Arena, un concert foudroyant construit autour de son premier album solo, l’impeccable Blunderbuss, sans omettre des morceaux des White Stripes, Raconteurs ou même de The Dead Weather.

Quelques minutes avant le début des hostilités (21h10), un homme de la clique à Jack White prend le micro et demande au public de ne pas enregistrer à tout va, ni filmer les chansons avec les iPhone et compagnie. Soit une manière intelligente d’essayer d’éduquer les fans aux dérives et tentations d’une musique qui voyage beaucoup plus vite de nos jours.

Cinq minutes plus tard, sur fond de « I’m shaking », la reprise de Little Willie John que Captain Jack reprend sur Blunderbuss, déboule mister White et ses cinq musiciens. Et d’entrée de jeu, « The hardest button to button », emprunté à l’Elephant des White Stripes. Le son est bien pourri pendant « Sixteen Saltines », premier des nombreux extraits de Blunderbuss, mais se stabilisera pendant le jouissif « Hotel Yorba » et surtout « I cut like a buffalo », seule incursion chez The Dead Weather.

Deux mois après avoir été un de hommes forts de Rock Werchter 2012, Jack White pète le feu. Ses cinq musiciens (c’était le groupe des garçons hier soir) dont un batteur et un claviériste, étourdissants tous les deux, bétonnent derrière White qui assume son rôle de patron. Un regard, un mot et un morceau choisi en une micro seconde s’échappe des enceintes. Le concert est très sauvage. Jack White est un putain de guitariste. « C’est le dernier guitar hero » me glissait, à raison, Julien Broquet pendant le set. Et même quand il se glisse derrière un clavier, il joue comme si le sort de sa vie en dépendait.

Le groupe a beau connaître son affaire, il émane beaucoup de spontanéité des 90 minutes de concert dont on retiendra un « The same boy you’ve always know » (extrait de White blood cells des White Stripes), un album solo interprété dans sa quasi intégralité et qui tient méchamment bien la route live ainsi qu’un « Steady as she goes » (The Raconteurs) virevoltant. Par contre, on n’a toujours pas compris comment la salle ne s’est pas transformée en stade de foot lors de « Seven nation army ». Valait peut-être mieux finalement.

PHILIPPE MANCHE

Setlist

The Hardest button to button
Sixteen saltinies
Hotel Yorba
I cut like a buffalo
Missing pieces
Weep themselves to sleep
Top yourself
Two against you
Take me with you when you go
Hypocritical kiss
Hello operator
Trash tongue talker
Apple blossom
On and on and on
Carolina drama
Ball & biscuit

Rappel

Steady as she goes
Freedom at 21
Seven nation army


commenter par facebook

11 Comments

  1. jujuu2

    7 septembre 2012 à 14 h 35 min

    Vous ne deviez pas être au même endroit que nous parcequ’au milieu de la fosse le son était atroce! Une bouillie infernale qui nous a empêchée d’apprécier le concert. Plus jamais je ne mettrai les pieds dans cette salle. J’avais déjà eu le coup avec les QOTSA en 2008. Vraiment dommage… ça avait l’air bien!

  2. Elgaucho

    7 septembre 2012 à 15 h 13 min

    Le Soir éduque très bien les fans et lecteurs en plaçant une vidéo intitulée “Jack White – Seven Nation Army @ Lotto Arena, 06/09/2012” …

    Cohérence quand tu nous … lâches ! 🙂

    PS : Concernant le son de ce blockhaus qu’est la Lotto Arena, mon unique expérience dans cette salle ne peut que confirmer le commentaire de Jujuu2. Ce qui m’a notamment poussé à ne pas me rendre à ce concert (autre argument : avoir eu la chance d’assister au merveilleux set de White à Wechter )

  3. tibo

    7 septembre 2012 à 15 h 57 min

    Le son était horrible! La salle est difficile à sonoriser pourtant pour les Black Keys c’était acceptable.

  4. Fabs

    7 septembre 2012 à 16 h 08 min

    je fuis cette salle comme la peste depuis que j’y ai vu les Arctic Monkeys pour la tournée Humbug… Le son était tout simplement atroce… Même feed-back d’amis qui ont été y voir d’autres concerts… beurk

  5. chris

    7 septembre 2012 à 16 h 11 min

    J’ai pas du tout eu la même perception non plus. Le son était quand même très limite. Ce qui m’a choqué, c’est que “seven nation army” ne lui appartient plus. Même quand c’est lui qui le fait, ça sonne comme un reprise.

  6. Graigoriz

    7 septembre 2012 à 16 h 24 min

    Effectivement, il n’a pas du voir le même concert que nous.
    Jack White s’est, certes, déchainé avec ses musiciens mais JAMAIS le son ne s’est stabilisé… il est resté pourri pendant tout le concert.

    Cette salle ne mérite vraiment pas le rôle de salle de concert.

  7. juga1

    7 septembre 2012 à 17 h 06 min

    moi aussi j’ai l’impression d’avoir assiste a un autre concert…

    C’etait hyper plat, le son etait mauvais et Jack avait des problemes de voix sur la fin.

    le concert etait court, pas trop d’ambiance sauf dans les premiers rangs

    Hyper decevant

  8. 7 septembre 2012 à 18 h 23 min

    QUi a écrit ces lignes ??
    J ‘ai rarement assisté a un tel carnage !!
    Le son était tout simplement infect alors que tout les gens present dans la salle savent a quel point Jack White peut être un génie aussi bien en studio qu’ en live !
    L’ingé son n’ a pas fait son travail c’est a se demander si le mec n’ etait pas sourd !
    Dans le cas ou la faute serait a rejetter sur l’ “acoustique” de la salle , j’invite tout artiste a la boÏcoté .
    Quant a Mr Philippe Manche je lui souhaite tout sauf la rubrique musique .

  9. dgyl

    8 septembre 2012 à 12 h 38 min

    Effectivement, il n’a pas du voir le même concert

    Il est resté pourri pendant tout le concert pourtant, j’ai commencé le concert assis au 2e ensuite au 1er pour terminer dans la fosse.Verdict le son était etait vraiment horrible partout dans la salle.

  10. Tom

    8 septembre 2012 à 17 h 33 min

    Comment peut-on encore programmer des concerts dans cette salle. Le son est juste répugnant. J’étais aller voir les Black Keys et quelle déception point de vue acoustique. Tout simplement honteux, plus jamais je n’y mettrai les pieds!

  11. Gael

    12 septembre 2012 à 11 h 05 min

    2 concerts à la Lotto Arena, 2 concerts au son pourris! C’est une salle de basket, pas de concert. Organiser des concerts dans cette salle est digne d’une grosse arnaque!
    Je n’ai pas été voir Gorillaz, ni Jack White tout simplement à cause de la salle.
    Jack White à l’AB aurait été parfait…

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *