Hot Chip : sexe, beats et autres (ré)jouissances

De retour à l’Ancienne Belgique pour un concert joué à guichets fermés, Hot Chip a magnétisé l’assemblée avec ses tubes electro-pop. Un son sexy, un charisme de croquette : le charme des Londoniens est légendaire.

Un samedi soir dans l’hémisphère nord. Conformément à la loi, la fièvre est avancée d’une heure. Il n’est même pas 21h lorsque Hot Chip monte sur scène. Un peu tôt pour s’abandonner pleinement dans la musique de nuit du collectif anglais… Comme pour valider l’observation, le groupe entame les négociations avec ‘Shake A Fist’, single tiré de l’album ‘Made In The Dark’. Dans la pénombre, sous les néons, pas de décorum ni de tralala : juste sept geeks speedés comme des ados accros au Biactol. Les gars d’Hot Chip n’ont peut-être plus 20 ans mais, derrière leurs instruments, ils sont ces éternels adolescents : romantiques, exaltés, sensibles et totalement décomplexés. Faire danser les filles, c’est leur métier. Dès l’entame du hit ‘And I Was A Boy From School’, le public se laisse chavirer par les nappes synthétiques ultra chics et terriblement sexy des Britanniques.

T-shirt bouffant, moustache, chemise hawaïenne, monture de lunettes extra-large : la garde-robe qui se tortille sur les planches de l’AB a de quoi faire passer Derrick et Magnum pour des dieux de la mode. Mais dérrière ses têtes à contre emploi et son aspect maladroit, Hot Chip est une véritable machine a danser, extrêmement bien huilée. Sous les mélodies, le beat est omniprésent. Le concert est envoûtant, entraînant. Les chassés-croisés guitares-synthés font leur effet. On se dandine, on tape du pied. Hot Chip balance du tube sans disco(ntinuer) : ‘One Life Stand’, ‘Over and ‘Over’, ‘Night and Day’,‘Ready For The Floor’, ‘Flutes’. Même si l’essentiel du répertoire joué ce soir se concentre sur les morceaux du dernier album (‘In Our Heads’), les Londoniens piochent allègrement dans leur discographie.

Les mecs se font plaisir, ralentissent langoureusement le tempo (‘Look At Where We Are’), s’offrent une reprise de Fleetwood Mac (‘Everywhere’), flirtent avec le kitch (‘Let Me Be Him’) et mystifient le mauvais goût. Les gens passent du bon temps. C’est qu’en signant un album tous les deux ans à raison de trois singles par sortie, Hot Chip a largement de quoi répondre aux attentes d’un public chaleureux, venu chercher à l’AB de quoi voyager au bout de la nuit. Un embarquement immédiat célébré par une pluie d’applaudissements. Largement méritée.

Nicolas Alsteen

Setlist
Shake a Fist
And I Was A Boy From School
Don’t Deny Your Heart
One Life Stand
Night and Day
Flutes
Over and Over
Look At Where We Are
Brothers
How Do You Do?
Ready For The Floor
Everywhere (reprise de Fleetwood Mac)
Hold On
Rappel
Crap Kraft Dinner
I Feel Better
Let Me Be Him



commenter par facebook

1 commentaire

  1. Dam

    27 novembre 2012 à 13 h 43 min

    L’exemple même du groupe qui en live, donne une dimension énorme à sa musique

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *