Puggy, le roi des mélodies pop

Puggy est de retour et ne déçoit pas. Le groupe bruxellois a un véritable don pour les mélodies pop efficaces.

Puggy est de retour et il n’y a pas de doute que le trio bruxellois était très attendu. Après quatre AB sold-out et de nombreux festivals d’été, Matthew, Romain et Ziggy s’attaqueront à Forest National le 22 février 2014.

Tout cela annoncé avant même la sortie, cette semaine, de leur troisième album, To Win The World, qu’ont précédé la plage titulaire en single (en 2012) et le titre « Last day On Earth ».

C’est sans doute en 2013 que Puggy récoltera les fruits d’un long travail initié en 2005. Comme le dit Matthew : « Le premier album nous a permis de signer sur un label en France et le deuxième nous a ouvert les portes. »

Something You Might Like, sorti en 2010, a de fait été un réel succès. Il s’en est vendu 25.000 en Belgique et le double en France. Le tout saupoudré d’une tournée qui a duré deux ans.

« En France, tout a commencé au Printemps de Bourges en 2008, se souvient Matthew. Le fait qu’on soit passé à Taratata, avec Nagui qui n’avait qu’un EP à montrer, nous a aussi beaucoup aidés. En deux jours, notre page Facebook a gagné dix mille fans. Tout s’est fait un peu en même temps ensuite. »

Puggy profite de la longue tournée pour déjà réfléchir à de nouveaux titres, il en reste aussi de plus anciens. A l’heure d’entrer en studio, début 2012, c’est à l’Anglais Eliot James (Bloc Party, Two Door Cinema Club) qu’échoit le rôle de producteur : « Pour le premier disque, nous voulions simplement qu’il serve de carte de visite pour nos concerts. Pour le deuxième, on voulait un disque plus produit. On devait entrer en studio avec celui grâce à qui on a été signé en France, François Chevalier, mais celui-ci est mort deux semaines avant notre entrée en studio. Du coup, on s’est débrouillé entre nous. Cette fois-ci, on voulait quelqu’un qui avait fait des choses qui nous avaient beaucoup plu mais qui, en même temps, étaient très différentes. On voulait qu’il conjugue le son de nos deux premiers albums, le côté live et le côté très léché. Il nous a fait jouer en studio toute la journée durant vingt jours. Eliot est vraiment devenu le quatrième membre du groupe. On a beaucoup appris avec lui. »

Et Puggy se retrouve ainsi avec un disque puissant, aux mélodies très accrocheuses : « Notre but est de soigner au maximum des mélodies pop avec des arrangements rock. On mise beaucoup aussi sur les harmonies. Comme on n’est que trois, on doit bien remplir avec nos voix qui sont mixées très en avant. Queen, Jimi Hendrix et les Beatles faisaient beaucoup ça. On utilise moins d’onomatopées que sur le précédent disque tout de même. »

Puggy a de fait le chic pour trousser des mélodies facilement mémorisables, avec un message toujours positif : « On voulait une thématique globale, homogène. Pour moi, les textes sont très importants. C’est ça que j’aimais chez Freddie Mercury. De prime abord, ses textes étaient rigolos puis après on se rendait compte d’un double sens. Pour moi, il faut qu’une émotion s’en dégage et que les gens se l’approprient. Il y a toujours plusieurs lectures à mes textes. Beaucoup parlent de la surmédiatisation de la crise, de moments de panique, de remises en question… Je me pose beaucoup de questions sans pour autant en connaître les réponses. Si on peut apporter un peu de bonheur, c’est gagné. »

Cette année, Puggy vise de nouveaux marchés comme la Hollande, l’Allemagne, le Québec et… la Flandre. Ils ont tout pour y réussir en tout cas : « Avec ce disque, on revient à la genèse de Puggy, en toute liberté et honnêteté. On n’a jamais fait partie des tendances mais on est d’abord un groupe de scène. » Et ça, le public de Puggy le sait depuis longtemps !

Puggy sera à l’AB les 17, 18 et 19/4 (tout est complet !), à de nombreux festivals d’été et le 22/2/14 à Forest.

Thierry Coljon

commenter par facebook

1 commentaire

  1. Charles-Albert

    3 avril 2013 à 15 h 06 min

    Plutôt d’accord avec l’article, ils ont vraiment le secret pour trouver des mélodies que tout le monde peut chanter et qui restent facilement en tête. En plus, pour avoir eu la chance passer une journée avec le groupe, je peux dire qu’ils sont vraiment gentils, très loin de la prise de tête, simple et abordable.

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *