Quand maître Hintjens fait la leçon

Frontstage - ArnoCe concert-là aussi sentait la fin de festival, le dernier lâcher prise, l’envie de repartir chez soi un bon petit souvenir dans la tête. Arno, qui n’est pas né de la dernière pluie et serait donc un peu notre Iggy Pop à nous, le savait pertinemment bien. Le Sissoyen a conclu aux Ardentes avec un concert épicé d’une dédicace d’anthologie.

« Mademoiselle et messieurs, je suis bien content que tout le monde a payé ! » Et voilà : il s’amuse déjà, alors qu’il vient à peine de terminer « We want more », premier morceau de sa setlist précédé de la petite intro instrumentale (l’« Ostend dub »). Couronné roi par Lou Doillon ? L’idée devrait être creusée !

L’intéressé, lui, après « Je veux nager », rend hommage aux chômeurs. Et aux fesses de Paola, balançant un « Meet the freaks » bien d’à-propos. Toujours prêt pour « The show of life », l’Hintjens ! « The Parrot brigade » et sa rythmique syncopée ramènent quelques années en arrière : 1981, TC Matic, new wave… La guitare est abrasive, le son est sale, et ça colle bien à des titres comme « Oh la la la » et « Putain putain ». Inutile de préciser la jubilation qui accueille ces classiques.

Quand le Roi s’en va, la salle réclame, forcément. Alors il revient, explique que « pour se cultiver, il faut se mouiller », se vide une bouteille d’eau sur la tête et entame « Bathroom singer » dans la foulée. Un dernier coup de cymbales, et Arno Ier quitte les lieux, non sans avoir signé un petit autographe au passage. Proche du peuple, avec ça !

Didier Stiers
(Photo : René Breny)

Didier Stiers

commenter par facebook

3 Comments

  1. Rodrigue

    15 juillet 2013 à 14 h 42 min

    J’adore la critique du concert d’Arno sur le site 7sur7.be. Ils ont entendu “Les filles du bord de mer” et “Dans les yeux de ma mère”… c’est le journaliste de 7sur7 qui était éméché et pas Arno…

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/9101/Festivals-et-concerts/article/detail/1667401/2013/07/15/Les-Ardentes-en-somptueux-tete-a-tete-avec-M.dhtml

  2. Y.

    3 août 2013 à 15 h 48 min

    “je veux nager” n’est pas un extrait du récent Future Vintage, mais bien de Arno Charles Ernest de… 2002.

répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *